Camilla Rossetti du Labopéra
Camilla Rossetti du Labopéra
© Alice Coutant 

Interview

CAMILLA ROSSETTI, cheffe d’orchestre du Labopéra Seine-et-Marne

L’Italo-Luxembourgeoise dirige 2 représentations du Barbier de Séville en avril à Dammarie-lès-Lys. 160 lycéens et apprentis travaillent sur le projet. Elle nous en dévoile les coulisses.

Publié le

Camilla Rossetti en interview dans le dernier Supplément culturel

Nous voulions quelque chose de léger et joyeux et permettre aux jeunes de découvrir un monde inconnu et des métiers nouveaux 

En quoi consiste le Labopéra ?

C’est un collectif d’opéra coopératif présent dans tout l’Hexagone. Depuis 15 ans, il réalise des productions lyriques en s’appuyant sur les acteurs d’un territoire. Pour celle-ci, nous avons mobilisé, depuis novembre 2019, les lycées Flora Tristan (à Montereau-Fault-Yonne), Les Pannevelles (à Provins), Saint-Aspais (à Melun) et Joliot-Curie (à Dammarie-lès-Lys), sans oublier l’Institut des métiers et de l'artisanat de Montereau. Ils ont géré les costumes, les décors, l’accueil, la sécurité, les coiffures, les maquillages, la communication et la vente des billets. Pour ma part, j’ai cofondé l’antenne seine-et-marnaise du Labopéra l’an dernier et fais partie des professionnels qui travaillent sur ces représentations : 6 chanteurs solistes et 17 musiciens. Nous serons accompagnés par le chœur Alopéra de Melun et celui du conservatoire de Montereau.

Quelles sont les vertus de l’opéra coopératif ?

Il permet aux jeunes de découvrir un univers inconnu et des métiers nouveaux. Les coiffeurs découvrent qu’ils peuvent œuvrer ailleurs que dans un salon. Les menuisiers, quant à eux, conçoivent des décors, alors qu’ils n’y auraient pas forcément pensé avant. Cela suscite des vocations. L’opéra coûte souvent cher, car les représentations sont lourdes à financer. Là, nous proposons des places au prix moyen de 22€. L’idée est de monter un spectacle annuel de ce type. Nous préparons déjà celui de 2023. Il pourrait voir le jour au Futur théâtre de Montereau (Le Majestic) ou à l’Espace Pierre Bachelet de Dammarie-lès-Lys.

Pourquoi avoir choisi Le Barbier de Séville de Rossini ?

Je voulais quelque chose de léger et joyeux. De plus, je suis italienne et habite en France depuis dix ans. Or, la tombe de Gioachino Rossini se trouve à Paris, au cimetière du Père-Lachaise. Je suis heureuse de célébrer ce lien entre nos deux pays. J’ai choisi de ne prendre que des musiciens professionnels car, musicalement, il s’agit d’une œuvre difficile à interpréter.

Retrouvez l'intégralité de l'interview dans le Supplément Culturel 26

A découvrir à Dammarie-lès-Lys