Interview

Rencontre avec Cyrille Dôme, à l'écoute des femmes

A 58 ans, Cyrille Dôme a déjà un long parcours dans le secteur associatif, auprès de publics vulnérables. En tant que directrice générale de l’association Paroles de Femmes – Le Relais, elle intervenait aux 3èmes Assises pour l’élimination des violences faites aux femmes organisées par l’agglomération le 24 novembre dernier, dans le cadre du Contrat Local de Sécurité.

Publié le

Quel est le profil des femmes qui viennent frapper à la porte de votre association ? 

Ce sont des femmes de tous milieux et de tout âge ; mais l’on constate un rajeunissement. Avant même la majorité, des jeunes femmes subissent des violences de toutes sortes, extrêmement dures. Nous le constatons quand nous intervenons auprès des 18 -25 ans au sein des missions locales. C’est pour cela que notre association propose à la fois d’accompagner les femmes victimes de violences et de faire des actions de prévention sur le sexisme auprès des jeunes.  Nous y parlons d’égalité femmes-hommes, de cyberviolence et de harcèlement.

 

Que viennent-elles y chercher ? 

Elles peuvent avoir été orientées par la gendarmerie, la police, un travailleur social… D’autres viennent d’elles-mêmes. Le premier contact est souvent par téléphone, nous commençons par les accueillir et les écouter. Nous leur proposons des solutions, les femmes choisissent à leur rythme. Quitter le domicile conjugal est difficile, les enfants sont souvent un frein. Il faut le temps de la prise de conscience, cela fait partie du cheminement et nous ne forçons rien. Il peut y avoir des aller-retours. Plus la violence est ancrée, plus il est long de sortir de l’emprise de l’auteur des violences. Aux Assises organisées par Melun Val de Seine, une victime qui a bénéficié de l’accompagnement de Paroles de Femmes- Le Relais est venue témoigner et nous remercier. C’est touchant, et très courageux. Il est très difficile de parler de violences hors du champ de l’intime. A l’association, elle a été entourée et elle a pu parler.

 

Que leur proposez-vous pour les aider à quitter le conjoint violent ? 

Nous avons des situations d’urgence où nous les orientons vers les hébergements d’urgence du 115. Certaines victimes se font héberger chez des proches. L’association propose aussi des hébergements, qu’elle loue à des bailleurs sociaux et privés. Certaines ont les ressources économiques, psychologiques, familiales suffisantes pour louer dans le privé, nous les aidons simplement à trouver. Ces différents types d’hébergement s’adaptent à différentes situations.

 

Comment accompagnez-vous les victimes qui veulent porter plainte ?

Les procédures sont longues. Les victimes peuvent être accompagnées. La création et le développement de la fonction d’Intervenant Social en Commissariat et Gendarmerie est très positive. Ils sont formés à accueillir la parole des victimes, forment les policiers et gendarmes. Heureusement, avant d’arriver à un jugement, beaucoup d’autres outils existent pour protéger les victimes, comme les ordonnances de protection et les bracelets anti-rapprochement.

 

Bio EXPRESS

Juillet 1990 Diplôme de droit public et maîtrise de droits des affaires

Janvier 2020 Directrice Générale de l’association Paroles de Femmes – Le Relais

Juillet 2022Trésorière de l’Union régionale Solidarité Femmes Île-de-France

 

Paroles de Femmes - Le Relais

L'association Paroles de Femmes - Le Relais est une association membre de la Fédération Nationale Solidarité Femmes. Elle a pour objet de lutter contre les violences faites aux femmes et en particulier les violences conjugales et de favoriser la promotion de l'égalité entre les femmes et les hommes.L'association est reconnue référente Violence Conjugale !