Photo du comédien Titus dans son spectacle "Les dangers de la lecture"
Titus dans son spectacle "Les dangers de la lecture", le 11 février aux 26 Couleurs.
© Virginie MEIGNÉ 

Interview

Titus, "Vanter les vertus de la lecture sur un mode décalé"

Avec Les dangers de la lecture, Titus (alias Thierry Faucher) délivre une impertinente fausse conférence visant à désacraliser la littérature. Un spectacle inclassable et drôle, à voir le 11 février aux 26 Couleurs de Saint-Fargeau-Ponthierry.

Publié le

Comment présenteriez-vous votre spectacle ? 

C’est un objet théâtral qui, durant une heure, emprunte tous les codes de la conférence, même les plus fastidieux, pour dénoncer les méfaits de la lecture. Je le considère comme un spectacle d’intérêt public, afin de préserver le public de ce fléau qu’est la littérature (sourire). J’ai créé Les dangers de la lecture il y a deux ans. Je l’ai joué une centaine de fois dans des théâtres ou des salons littéraires. Même s’il manie beaucoup le second degré, il est conseillé à partir de 12 ans.

Les dangers de la lecture - Présentation AOLI

Quelles œuvres citez-vous sur scène ?

Il s’agit de petits morceaux disséminés ici et là. En vrac : Madame Bovary pour explorer le rapport des femmes à la lecture ; Alberto Manguel pour Une histoire de la lecture ; Marguerite Duras qui aimait lire jusqu’à trois ou quatre heures du matin dans l’obscurité de la nuit ou Romain Gary qui a dit que "lire vous permet d’échapper à votre personnalité, de devenir un personnage de roman". Sans oublier Franz Kafka ou Georges Perec.
J’invite aussi un spectateur à lire un extrait de Belle du seigneur d’Albert Cohen. Tout cela est le fruit d’un travail de recherche sur les auteurs ayant écrit et réfléchi sur le sujet.

Je m’adresse autant aux lecteurs qu’à ceux qui ne le sont pas. 

A retrouver...

Pourquoi avoir choisi ce thème ?

J’ai toujours entretenu un rapport complexe avec la lecture. Je craignais qu’elle ne me prive des plaisirs de la réalité. Enfant, j’étais plus enclin à taper dans un ballon qu’à bouquiner dans un coin. Une fois adulte, je me suis mis à lire un peu, je dirais “de travers”, à ma façon. Ce fût une découverte progressive, chaotique et singulière, que je veux aujourd’hui partager à “rebrousse-poil”. Je viens de l’animation socio-culturelle et j’ai joué dans des lycées devant des professeurs de lettres. Mon approche bouscule les codes. Je veux vanter les vertus de la lecture sur un mode décalé et humoristique. La désacraliser et la démystifier, afin de sortir des sentiers battus et de la bien-pensance.

Comment le public réagit-il ? 

Les spectateurs viennent volontiers me voir lorsque je vends le livret du spectacle après la représentation. Beaucoup confessent ne pas lire et se reconnaissent en moi. Une directrice de médiathèque m’a même avoué que j’avais heurté sa représentation de la littérature, à laquelle elle prête une certaine noblesse !

Et vous, que lisez-vous ?  

Je me qualifierais de lecteur convaincu, sans être un dévoreur. Je recommande Thomas Gunzig, un écrivain belge dont le sens de la formule est unique, Franz BarteltDaniel Pennac ou Virginie Despentes. J’éprouve toujours des difficultés avec les grands classiques. Je nourris un regard assez critique sur la façon dont l’école “loupe” la lecture. L’enseignement pratiqué est destiné à ceux qui l’aiment déjà. Il faudrait établir des parcours individuels, mais l’école ne sait pas individualiser.